Blog en Français

Bonjour 👋 Je me présente, je suis TOUDOU 🧸❗️ #PharmaVie et sa créatrice Marie-Claude SANTINI m’a confié une mission ! Être le soutien des enfants durant leurs soins hospitaliers ❗️ Grâce à l’association ARCoeurEnAction je pars prochainement à la rencontre d’une nouvelle amie qui doit subir une chimio. Vous connaissez des enfants malades qui aimeraient m’avoir comme ami🧸❓ 👇🏽 Alors Liker 👍 adorer ♥️ partager 🗣 un max et commentez❗️cette page 😘 l’association fera le reste 😘❗️🧸🧸🧸🧸🧸🧸🧸🧸🧸🧸 #solidarité #soins #Cancer #enfance #bonheur #Toudou #accompagnement #INTERNET #partenariats

Quand les soins de confort viennent accompagner l’oncologie

Qu’est-ce qu’un cancer ?

Tout être vivant est composé de milliards de petites unités appelées cellules. Celles-ci ont chacune un programme de fonctionnement prédéfini. Cependant, au cours de la vie, il arrive que ces programmes se dérèglent et que le fonctionnement des cellules dégénère. A ce moment-là elles peuvent être réparées ou mourir, restaurant ainsi une fonction normale du corps sans même que l’on s’en aperçoive. Malheureusement elles peuvent aussi survivre et continuer de fonctionner de manière totalement désordonnée, on parlera alors de cellules cancéreuses. Celles-ci vont se multiplier de façon anarchique jusqu’à former une masse (= tumeur). Ces cellules cancéreuses peuvent rester localisées à un seul endroit, on parlera de tumeur bénigne. Cependant, après un certain temps, elles peuvent commencer à envahir les tissus voisins et se disséminer dans tout le corps via les vaisseaux sanguins et/ou lymphatiques, formant d’autres sites cancéreux et d’autres tumeurs à distance, on parlera de tumeurs métastatiques. C’est pourquoi il vaut mieux retirer une tumeur au stade bénin afin d’éviter une potentielle dissémination.  

Focus sein 

Le sein est constitué de la glande mammaire, sa fonction biologique est de produire du lait afin de nourrir un nouveau-né.

Les glandes mammaires sont composées de lobes (quinze à vingt), entres ces lobes on retrouve du tissu graisseux qui donne au sein la forme qu’on lui connaît. 

  • C’est dans les lobes que la sécrétion de lait se fait par différents mécanismes régulés par le biais d’hormones lors de la grossesse. Le lait est ensuite transporté jusqu’au mamelon par ce qu’on nomme les canaux galactophores, c’est le plus souvent une dégénérescence des cellules constituant ces canaux qui est à l’origine de cancers du sein.

Les hommes aussi possèdent du tissu mammaire ! Bien que celui-ci ne soit pas développé, dans de rare cas ils peuvent développer des cancers du sein.  

  • Quelques chiffres : 

Près de 54 000 nouvelles personnes sont touchées chaque année par le cancer du sein qui constitue le plus répandu des cancers chez les femmes : cette maladie concerne une femme sur neuf. L’optimisme est de la partie ! En effet, grâce aux progrès médicaux de ces dernières années, plus de 3 cancers du sein sur 4 sont guéris aujourd’hui. 

Les traitements 

Lorsque le diagnostic de cancer est posé, les professionnels de santé évaluent précisément le stade et le type (tous les types de cancers n’engendrent pas les même conséquences), en fonction de cela, des traitements adaptés sont proposés.

Il existe 3 types de traitements pouvant être utilisés seuls ou associés entres eux dans le cadre curatif :

  La Chirurgie  La radiothérapie  Les traitements médicamenteux
  Supprimer la tumeur dans son ensemble               Limiter les risques de récidive et optimiser les chances de guérison
  Chirurgie mammaire conservatrice :   Il s’agit d’une mammectomie partielle, on parle aussi de tumorectomie → on essaye de retirer uniquement la tumeur et une petite partie des tissus qui l’entourent de façon à conserver la plus grande partie du sein   Ce type de chirurgie est proposé en cas de cancer n’infiltrant pas les tissus voisins et étant donc peu étendu, il est alors encore possible de ne retirer que le groupe de cellules défaillantes constituant la tumeur.      Chirurgie mammaire totale :   On parle de mastectomie : la totalité du sein est retirée.    Encore une fois cela dépend du stade d’évolution du cancer et de son agressivité, il est malheureusement parfois impossible de préserver une partie du sein.                         Cette technique est utilisée le plus souvent après une chirurgie afin de compléter l’action de l’ablation et de minimiser au maximum les risques de récidive.   Il s’agit d’une thérapie basée sur l’utilisation de rayonnements ionisants pour détruire les cellules cancéreuses en les empêchant de se multiplier. Ceux-ci sont dirigés précisément sur la zone à traiter, tout en préservant le mieux possible les tissus sains et les organes avoisinants.       Chimiothérapie :      Le but est d’affaiblir les cellules ce qui va ralentir leur développement et donc par extension le développement de la tumeur avec. Celle-ci est en générale mise en place en amont d’une mammectomie afin d’assurer une efficacité maximale de la chirurgie.   Thérapies ciblées :    Certaines cellules cancéreuses présentent à leur surface des éléments spécifiques (certaines protéines) pouvant être ciblées et ainsi servir de levier à l’action du traitement que l’on nomme thérapie ciblée car il ciblera ces protéines afin de les détruire et des détruire la cellule cancéreuse qui les présentent par la même occasion.    Hormonothérapie :   Traitement à base d’hormones si la tumeur y est sensible.   

Le choix final vous revient toujours, lors d’une consultation spécifique, le médecin qui vous suit vous annonce les caractéristiques de votre situation, vous expose les traitements proposés, les bénéfices attendus ainsi que les effets secondaires possibles. Si un traitement chirurgical est préconisé, le chirurgien vous explique les objectifs de l’opération, la technique qu’il va utiliser, les suites et les complications possibles.

Avant cette consultation pensez à noter toutes vos questions : quel type d’intervention va être réalisée ? Pourquoi ? Comment l’opération se déroule-t-elle ? Quels en sont les risques ? Comment puis-je me préparer au mieux ? Que va-t-il se passer après l’intervention ? Quelles vont être les conséquences de l’opération sur ma vie de tous les jours ? Enfin, n’hésitez pas à vous faire accompagner d’une personne de confiance.  

Tout ceci n’est jamais figé mais peut évoluer en cours de route en fonction de votre état de santé et de vos réactions aux traitements.

La vie quotidienne 

A la suite d’une opération, la fatigue est normale mais celle-ci ne doit pas être banalisée, il ne faut pas hésiter à la signaler. Un séjour en maison de convalescence peut être prescrit par le médecin. La sensation de douleur comme si le sein retiré était toujours présent est normal on parle de douleur fantôme.

Il arrive de juger la cicatrice post-chirurgicale disgracieuse et si le sein est conservé, il peut être déformé. Une chirurgie réparatrice est envisageable si vous le souhaitez, afin d’atténuer cela. 

Une angoisse du lendemain, une fatigue émotionnelle, une perte de repères, une altération de l’image du corps ainsi qu’une difficulté à communiquer avec ses proches sont autant de facteurs pouvant perturber l’équilibre physique, psychique et émotionnel. Chacun vit la maladie et les traitements de manière différente, selon son histoire, sa personnalité, ses relations familiales, sociales et professionnelles. Dans tous les cas, il est important d’exprimer ses ressentis et ses questionnements. Des consultations gratuites avec un psychologue ou encore des groupes de paroles avec d’autres personnes vivant la même situation peuvent être un bon moyen de s’exprimer et de se livrer notamment sur des sujets dont vous n’auriez pas forcément envie de parler avec votre entourage.

Enfin, la prise en charge du cancer est globale et comprend tous les soins et soutien dont vous pourriez avoir besoin : dès le diagnostic, pendant et après les traitements (soutien psychologique, accompagnement social, prise en charge de la douleur.). La pratique d’une activité physique adaptée contribue aussi à améliorer la qualité de vie tout au long du parcours de soins ainsi que la réponse aux traitements, enfin, l’arrêt du tabac est toujours bénéfique, il influence positivement la tolérance aux traitements et le pronostic de la maladie. Un accompagnement nutritionnel peut aussi être utile pour prévenir, dépister ou traiter une dénutrition ou à l’inverse un surpoids qui pourraient faire partie des conséquences des traitements et de la maladie. 

Et l’image de soi dans tout ça ? Laisser le temps au temps …

L’image corporelle peut changer et impacter l’estime de soi ainsi que le moral. Tout le monde réagit différemment cependant le processus d’acceptation peut représenter un véritable deuil pour certaines personnes et être long, il est alors important d’être indulgent avec soi-même et de laisser le temps au temps.  

Des difficultés d’ordre physique comme : la perte des cheveux, la perte ou la prise de poids, la fragilisation de la peau, des rougeurs, des démangeaisons de la peau, des ongles fragilisés ou fissurés, des lèvres abîmées ou encore la mastectomie, peuvent apparaître à la suite des traitements. De plus certains types d’hormonothérapie entraînent une ménopause précoce se manifestant par l’arrêt des règles, des bouffées de chaleur, une sécheresse vaginale, une baisse de la libido, des troubles du sommeil et de l’humeur. 

Il ne faut pas hésiter à se confier à l’équipe médicale qui vous suit, et ce, peu importe le sujet, nous ne maitrisons pas toujours nos ressentis et il est parfois bon d’en parler, il existe souvent des solutions auxquelles nous n’aurions pas pensé seul. De plus, la parole est parfois libératrice.

Soins de beauté/bien-être, car prendre soin de soi n’est jamais superflu – l’onco-esthétique 

Depuis environ trois ans, une belle branche de l’esthétique prend peu à peu place : il s’agit vous l’aurez deviné de : l’oncoesthétique

On parle aussi de soins oncologiques de support, il s’agit de soins prodigués gratuitement à l’hôpital ou dans des structures dédiées en ville par des socio-esthéticiennes spécialement formées. Organisés individuellement ou sous forme d’ateliers collectifs, ces moments privilégiés associent aux soins de beauté (soin du visage, soin des mains et des pieds, modelage, maquillage) des conseils techniques, une écoute et un moment de détente. Une étude réalisée par la Fondation L’Oréal en partenariat avec l’Institut Curie, Patients et réseau et Rose association en 2017 auprès de 1 166 patients atteints de cancer a permis d’analyser l’impact des soins de beauté et de bien-être sur la qualité de vie des malades. Il en ressort que ces soins proposés par des socio-esthéticiennes sont jugés très bénéfiques, pour 84 % des malades, qu’ils constituent un moment de détente et de bien-être, mais qu’ils restent insuffisamment accessibles.  

Certaines associations, marques et campagnes mettent l’accent sur l’intérêt de prendre soin de soi quand on est touchée par un cancer du sein afin de mieux vivre la maladie et se donner toutes les chances de la combattre pendant mais aussi après la maladie. 

« L’onco-esthétisme est au-delà de l’esthétique. C’est une véritable démarche qui consiste à prendre soin des patientes. Tout est dans la manière de prodiguer les soins et le regard porté aux femmes« , rapporte le Dr Alain Toledano, cancérologue, radiothérapeute et président de l’Institut Rafaël la Maison de l’après cancer.

Il existe ainsi plusieurs instituts et associations proposant des soins destinés à l’ensemble du corps : soulager les mains, réhydrater le visage, renforcer les ongles, sublimer les cheveux, masser le corps, conseiller en perruques ou encore des ateliers maquillage pour celles le souhaitant. Les produits sont choisis en fonction de chaque personne afin de réduire au maximum le risque allergène. Certains produits sont par exemple sans odeur afin de ne pas aggraver les nausées pouvant être induites par la chimiothérapie. 

Au-delà des bienfaits physiques, le soutien psychologique apporté par de tels soins n’est pas négligeable. La confiance en soi est intrinsèquement fluctuante au cours d’une vie et n’est jamais acquise, il arrive alors parfois que certains évènements ne soient pas sans impact sur celle-ci, apprendre à prendre soin de soi autrement facilite le chemin vers l’acceptation parfois d’un nouveau soi. L’image extérieure peut changer mais une personne reste foncièrement la même, cependant, se réapproprier « son identité » peut prendre du temps, encore une fois, laissons le temps au temps. 

« Jamais une nuit n’a vaincu l’aube et jamais un problème n’a vaincu l’espoir »  (Bern William)

Finalement  

En recherchant sur internet des soins cosmétiques peau et ongles adaptés aux personnes en traitement ou post traitement oncologique, vous pourrez trouver de nombreuses marques proposant des produits adaptés tels que : Même Cosmetics, Ozalys, Eyeca et d’autres, à vous de choisir ce qui semble le plus vous convenir.  

Vous pourrez aussi trouver plusieurs associations œuvrant en ce sens : 

  • Association Oncobulle

« La prise en charge des modifications de l’image du corps est un enjeu important en oncologie. Se réapproprier son corps et renouer avec l’estime de soi sont essentiels pour retrouver un équilibre de vie, se réintégrer dans la vie sociale et professionnelle. » – Projet COS

« Offrir aux personnes atteintes d’un cancer la possibilité de se faire accompagner différemment si elles le souhaitent afin qu’elles puissent au mieux se concentrer sur leur guérison. »

  • Institut Rafael

Plusieurs axes de prise en charge y sont envisagés :

  • Association ROSEUP

Voici comment est définit leur projet : 

  • INFORMER : Apporter à toutes les femmes une information de qualité gratuite avec Rose Magazine
    • ACCOMPAGNER : les femmes souffrant d’un cancer, les aider à trouver des solutions pour faire face aux conséquences de la maladie sur leur vie quotidienne dans toutes ses dimensions, tant privée que sociale, et à se sentir moins seules dans cette longue traversée.
    • DÉFENDRE LES DROITS : Agir auprès des pouvoirs publics pour défendre les droits de ces femmes à conserver toute leur place dans la société.

Les maisons roses proposent aussi des soins onco-esthétiques à domicile. 

Afin de potentiellement découvrir d’autres associations qui pourraient vous semblez utiles vous pouvez-vous référer à la rubrique : « Ressources utiles » du guide des patients sur les traitements des cancers du sein, vous pourrez trouver simplement ce guide sur INFO CANCER. Dans ce guide il y a aussi beaucoup d’informations du le cancer du sein, les traitements, les prises en charge, etc. et ce, de façon détaillée. 

Sources de l’article : 

CANCER INFO – (2013) – guide des patients – Les traitements des cancers du sein  

Susie Bourquin – (2018) – site internet : Infirmiers.com – La beauté n’est pas futile mais vitale pour les patients

Sites internet : Oncobulle, COS, institut Rafael, ROSEUP. 

Johanna Amselem (journaliste santé) – Doctissimo – Cancer du sein : les soins beauté

Un Comité qui est prêt à ouvrir ses bras et son Cœur à toutes celles et ceux qui partagent nos valeurs et notre envie de voir briller dans le regard de l’Autre, l’étincelle du bonheur et l’envie du partage.
Dominique Giorgi-Font.

Ces quelques mots font partie du message que la présidente du Comité Reine de Cœur, partage. Mais en quoi consiste ce Comité ? diriez-vous. Le Comité Reines de Cœur a été créé en février 2018 par la Présidente Madame Dominique Giorgi-Font. Différents acteurs interviennent alors : nous retrouvons des partenaires, des délégués et des jeunes filles postulant aux titres de Reine de Cœur. La Reine de Cœur occupe une place essentielle au sein de cette organisation. Elle est la future réelle ambassadrice de son village ou de sa ville, qu’elle doit avoir à cœur de représenter au mieux, tant par son comportement que par son langage. Elle sera l’égérie de sa ville et devra prendre conscience de l’importance de ce rôle. Elle doit toujours avoir en mémoire le rôle important qui est le sien et l’importance de l’image qu’elle renvoie. Une fois élue, la Reine de Cœur devra être très vigilante quant à la teneur des messages et photos qu’elle peut être amenée à communiquer via les réseaux sociaux par exemple.

Le Comité tente alors de mettre en exergue les atouts physiques et les valeurs morales d’une jeune femme, mais aussi, et surtout ses qualités de cœur. En effet, car le cœur de ces candidates est assez grand pour s’ouvrir au bonheur de tous. Pour cela, elle participera dans la mesure du possible aux différentes manifestations culturelles ou festives qui auront lieu dans la ville où elle aura été élue. Elle s’engage, par exemple à faire partie de la Cour des Reines de Cœur élues et à participer aux shows lors des autres élections. Par ailleurs, elle s’engage également à représenter sa ville lors de la finale régionale.

Bien qu’une Reine de Cœur doit correspondre à certains critères physiques, ce sont surtout les critères moraux et comportementaux qui comptent, car leur beauté n’est pas le seul de leurs atouts. Elle doit, entre autres, pouvoir être disponible, à l’écoute, patiente, sérieuse, et discrète. Nous ne pouvons lister ici toutes les qualités dont sont dotées ces jeunes femmes. Les atouts et qualités inhérentes à la place de Reine de Cœur vont de paire avec les missions à accomplir. En effet, l’élément le plus important est que ces reines doivent avoir une réelle envie de s’impliquer et donc avoir un vrai projet concernant une action caritative en faveur d’une des deux associations à but caritatif, soutenues par l’Association GF Mode et Beauté et le Comité Reines de Cœur. Nous retrouvons parmi ces associations l’organisation CEw, qui regroupe des socio-esthéticiennes réalisant des soins esthétiques gratuits en cancérologie. De plus, cette association participe à l’enrichissement du parcours professionnel de ses membres et dynamise leur carrière dans le but de la développer et lui donner du sens. Ainsi, il contribue à la reprise de confiance, à l’accompagnement et l’insertion professionnelle. Tandis que l’association Rêves de gosse milite pour l’acceptation de la différence, par des échanges d’enfants ordinaires avec des enfants extraordinaires. Plus précisément, l’action réunit, autour d’un projet pédagogique de nombreux mois, des enfants en situation de handicap, cabossés par la vie et la maladie, défavorisés socialement, les mineurs de la PJJ, et des enfants ordinaires pour l’acceptation des différences et l’inclusion.

Ainsi, les événements organisés sont toujours dans le but d’amener des instants de bonheur souvent aux plus démunis. Ce qui souligne une fois de plus l’importance que le Comité accorde aux personnalités des jeunes femmes qui sont choisies comme représentante de leurs villes. Au-delà de l’apparence physique, ce sont les actions et les engagements qui sont favorisés et mis en valeur. L’implication dans les associations caritatives et le dévouement à ces causes essentielles, reflètent d’autant plus ces valeurs inhérentes au Comité Reines de Cœur. Ainsi, de cette manière, nous pouvons espérer laisser une trace de notre passage dans la vie des personnes qui nous entourent, une trace sur terre : en agissant au travers d’œuvres dont la beauté n’est pas éphémère. Finalement, comme le dit si bien l’écrivain et médecin kabyle Hacène Mazouz, la beauté physique se fane et se dessèche avec le temps, la beauté du cœur demeure à jamais.

Article rédigé par Mukkades USTAALIOGLU.

https://www.facebook.com/comitereinesdecoeur

https://cew.asso.fr

Les Reines de Coeur Chez CHANEL
Les Reines de Coeur reçues à l’Assemblée Nationale

Mélanie et ses enfants

Interview de Mélanie LEBIHAIN

Bonjour Mélanie, Merci d’avoir accepté cette rencontre.

1 – Voulais-tu  devenir écrivaine quand tu étais petite ?

Je n’y ai jamais pensé. Ca n’était pas dans mes projets. Je voulais devenir maitresse d’école ou travailler avec les enfants handicapés. 

2 –  Qu’est-ce qui t’a donné envie d’écrire des livres ?

C’est devenu une évidence lorsque je suis tombée malade. Par le biais de mon livre « Au cœur de mon combat », je voulais apporter du réconfort aux malades et aussi sensibiliser, informer sur le cancer du sein. 

3- Être écrivain, pour toi, c’est plus un métier ou une passion ?

Pour moi c’est vraiment une passion depuis que j’ai écrit mon premier livre. Pour en faire un métier, il faut beaucoup d’imagination et avoir un grand succès. Mais je tenterai bien l’aventure… 

4 – As-tu d’autres passions que l’écriture ?

Non, je n’ai pas d’autres passion. Petite, je montais à cheval avec mes parents et mon frère et j’adorais ça. Mais en grandissant, avec la vie de famille, le travail, j’ai arrêté. 

5 – Quels sont les bons et les mauvais côtés de l’écriture?

L’écriture m’a permit d’acquerir une meilleure confiance en moi. Puis quand j’écris, je ne pense à rien d’autres, c’est plaisant, c’est un vrai bon moment de détente et de sérénité. 

Le mauvais côté, je pense que c’est que l’on a du mal à s’arrêter. Une fois partie dans l’écriture le temps passe vite, les heures défilent et pendant ce temps-là nous ne faisons rien d’autre. Donc c’est très important de faire la part des choses, d’avoir des temps bien distincts entre l’écriture et les temps en famille par exemple.

6 – Où écris-tu? À quel moment de la journée ? Combien de temps consacres-tu à l’écriture ?

Alors justement c’est pour cette raison que j’écris lorsque je suis seule à la maison. Les enfants sont à l’école, je suis tranquille, posée dans mon canapé et je couche les mots sur le papier. C’est souvent l’après-midi lors de mon temps calme où je me consacre à l’écriture durant 2 à 3 heures.

7 – Quel est ton livre préféré ?

Le mien ! ( rire ) 

A défaut d’adorer l’écriture, je ne lis que très peu malheureusement. D’ailleurs c’est une chose qui va devoir changer car la lecture est très importante et je m’y remet doucement. 

Adolescente, j’ai lu à plusieurs reprises, un livre qui m’a fortement touchée. C’était Helen Keller, Sourde, aveugle et malentendante. J’ai adoré ce livre, cette histoire poignante qui raconte l’histoire du petite fille très courageuse. 

8- Est-ce facile d’être publiée ?

Oh non malheureusement c’est très ccompliqué. Il y a énormément de maisons d’édition, certaines sont à compte d’éditeur, d’autres à compte d’auteur. C’est très compliqué de s’y retrouver lorsque l’on n’y connaît rien. C’est d’ailleurs pour cela que je me suis lancée dans l’auto édition. J’ai tout géré moi même la création de la couverture, la création du corps de texte et la publication. Et j’en suis très satisfaite. 

Au Cœur de mon Combat / At The Heart Of My Fight

9- Pourrais-tu m’en dire un peu plus à propos de ton livre et expliquer à qui il s’adresse ?

Il retrace mon parcours face au cancer du sein. Il vous projette dans mon histoire, vous devenez moi. 

Il est destiné aux maldes afin de les aider, aux familles pour leur permettre de mieux comprendre ce que l’on vit. Mais aussi aux personnels soignants afin de mieux répondre à nos besoins, à nos questionnements. 

Mais surtout, je l’ai écrit pour sensibiliser le plus de personnes possible sur cette maladie qui peut toucher tout le monde. 

10 – Qu’est-ce qui t’a poussé à l’écrire ?

Mes buts étaient d’aider, accompagner et encore sensibiliser. 

11 – Quels ont été tes processus d’écriture, de l’idée à sa finalisation ? Combien de temps cela t a-t-il pris ?

J’ai suivi l’ordre chronologique de mon parcours. Le début à été le plus difficile. Par où commencer, quoi dire et comment ? Puis une fois parti tout s’est enchaîné rapidement avec mes souvenits très frais. 

J’ai organisé mes chapitres et j’ai écris comme je pensais. J’y ai passé énormément d’heures. En tout, ca m’a prit plusieurs moi, presque un an. Il faut compter l’écriture , mais aussi la mise en page, la création de la couverture…. 

12 – Quelle(s) difficulté(s) as-tu rencontré pendant l’écriture de ce livre ? Comment les as-tu surmontées ?

Je ne peux pas dire que j’ai rencontré de difficultés pendant l’écriture. Tout s’enchainait assez bien, les mots venaient facilement. 

13 – Comment as-tu trouvé un illustrateur et un designer pour ta couverture de livre ?

Pour la couverture j’ai tout fait moi-même. Là, j’ai rencontré quelques problèmes. Etant une première fois pour moi, il m’a fallu de nombreux essais pour que tout soit conforme. 

14 – Comment assures-tu la promotion de ton livre ? Quelle est ta stratégie de promotion ?

La promotion est primordiale pour faire connaître le livre, alors j’en parle beaucoup sur les réseaux sociaux. Je suis sur beaucoup de groupes. Des groupes de lecture, de ventes ou sur le cancer. 

15 – Quelle est la meilleure méthode selon toi pour promouvoir un livre ? Dans ton cas, qu’est-ce qui fonctionne le mieux ? 

Je ne saurai répondre à cette question. Ce n’st vraiment pas évident de faire sa promotion. Je cherche encore aujourd’hui de meilleures façons de faire. 

16 – Que t’ont apporté la rédaction et la publication de ce livre ?

Ca m’a donné confiance en moi. Je me suis rendue compte que quand je veux je peux. Maintenant, lorsque j’ai une idée en tête, je fais tout pour la concrétiser. Je crois en mes rêves. 

17 – Quels conseils donnerais-tu à une personne qui souhaite écrire un livre similaire? 

Je conseillerai de se lancer. Le plus dure, c’est ça, de se lancer. Mais une fois parti tout devient clair… 

18 – Enfin, où peut-on se procurer ton livre ?

il est disponible sur tous les sites internet, tels que : BOD, amazon, cultura, la fnac, décitre… 

Vous pouvez egalement le commander dans les librairies.

Et si vous désirez un envoi dédicacé, il suffit de me contacter sur facebook. 

Merci Mélanie d’avoir partagé avec sincérité ton expérience.

Lorsque nous recherchons la définition de beauté dans le dictionnaire, le Larousse en propose deux principalement. Dans un premier temps, la beauté qualifie la qualité de quelqu’un, de quelque chose qui est beau, conforme à un idéal esthétique. Dans un second temps, la beauté définirait le caractère de ce qui est digne d’admiration par ses qualités intellectuelles ou morales. De part cette dernière phrase, nous pouvons donc comprendre que cette notion de beauté, qui peut être assez abstraite, est un élément essentiel pour le bien-être personnel et le bien vivre en société, puisqu’elle fait intervenir des dimensions intersubjectives, des interactions avec les personnes de notre environnement. Ces éléments sont alors retrouvés dans les convictions qui fondent le CEw France. En effet, la beauté n’est pas futile elle aide à mieux vivre.

Le CEw se définit alors comme le premier réseau international des professionnels de la beauté. En 2014, il a célébré ses 60 ans et comptabilisé 8 000 membres à travers le monde. Afin de comprendre le choix du nom pour ce réseau, Cosmetic Executive Women, il faut comprendre son histoire. Le CEw a été fondé en 1954 aux Etats-Unis comme une organisation sociale pour les femmes cadres travaillant, initialement, dans l’industrie de la beauté. Par la suite, en 1975, le groupe s’est élargi et a commencé à se concentrer sur la reconnaissance des réalisations professionnelles des femmes travaillant dans l’industrie. Nous comprenons qu’à ses débuts, l’organisation était limitée aux femmes, et mettait particulièrement en exergue les talents et les carrières des femmes en leur offrant des occasions uniques d’échanges. Néanmoins, ce réseau féminin est ouvert aux hommes depuis 2016, en France. Dans l’ensemble, le CEw participe à l’enrichissement du parcours professionnel de ses membres et dynamise leur carrière dans le but de la développer et lui donner du sens. Ainsi, il contribue à la reprise de confiance, à l’accompagnement et l’insertion professionnelle. Pour ce faire, l’organisation s’établit, en 1985, comme réseau professionnel, en offrant des séminaires, des conférences et du mentorat. Ces conférences sont alors basées sur le partage d’expériences dans le but de penser et anticiper un futur engagé, responsable et innovant de la beauté. 

Ce réseau entreprend des initiatives et intervient à un niveau international. Il regroupe alors des membres à travers le monde. Il lance d’ailleurs le « Member Connect ». Il se compose de trois associations : CEw US, CEw UK et CEw France. C’est en 1986 que le CEw France voit le jour, sous l’impulsion de Michèle Meyer. Cette filiale française se démène alors pour mettre en place des actions concrètes telles que les Centres de Beauté CEw et les Ateliers Olfactifs CEw. Le premier Centre de Beauté fut alors créé à l’hôpital Gustave Roussy, en 1992. L’objectif de ces centres est de concevoir, équiper et financer des programmes de soins esthétiques individuels gratuits à l’hôpital pour les patients. Nous voyons alors apparaître en 1998 l’Association des Centres de Beauté de CEw. Et depuis cette date, ces Centres de Beauté se sont vu recevoir de nombreuses récompenses professionnelles et médicales, consacrées à leurs actions. Le premier Atelier Olfactif apparaît, quant à lui en 2001, en partenariat avec IFF (International Flavors & Fragrances). Ces ateliers proposent alors une activité de stimulation olfactive à des patients ayant subi des traumatismes divers. Néanmoins, les actions de ce réseau ne se limitent pas à ces Centres de Beauté et ces Ateliers Olfactifs. Effectivement, en 2001, la Fondation CEw lance, un programme intitulé Cancer and Careers, conçu pour fournir un soutien, une éducation et une source d’inspiration aux patients atteints de cancer et aux survivants qui débutent ou développent une carrière, et pour soutenir les membres nouvellement diagnostiqués. Le programme se concentre sur le soutien aux personnes touchées par le cancer dans n’importe quelle industrie, et pas seulement dans l’industrie de la beauté. Il est soutenu par des dons de membres de l’association ainsi que de commanditaires corporatifs et individuels. C’est à la suite de ces différents actions et mouvements, que nous voyons apparaître la première édition des « Achiever Awards », en France. 

A travers toutes ces informations, nous pouvons mettre en exergue quelques points. En effet, nous pouvons comprendre que le bien-être d’une personne porteuse ou non de pathologies se considère dans le contexte de plusieurs dimensions. Nous ne pouvons alors évoquer la sérénité intérieure en prenant en compte qu’un seul point de vue. Le CEw a, alors essayer d’appliquer ce principe de la manière la plus exhaustive possible. Ainsi, ce réseau a tenté de considérer l’épanouissement personnel en passant par la dimension de l’épanouissement professionnel. Et ce, également, dans le cas de personnes atteintes de pathologies lourdes telles que le cancer. Ainsi, permettre, d’une certaine manière, de transformer les désavantages en forces. Nous ne pouvons pas changer les événements qui surviennent dans nos vies, en revanche, nous pouvons tenter de modifier le regard que nous portons sur ceux-ci. Et comme l’illustre assez bien Ernest Hemingway, la vie brise tout le monde, et ensuite, quelques-uns deviennent plus forts aux endroits où ils ont été brisés. 

https://cew.asso.fr/

Article rédigé par Mukkades USTAALIOGLU.

COVID-19

Les spécialistes lancent l’alerte : leurs patients à pathologies particulières ne les visitent plus !

Cette crise sanitaire change tout. Sauf votre affection !

Les pathologies lourdes comme les cancers ou les diabètes rares peuvent vous rendre plus fragiles et à risque face à cette

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est analysis-3707159_1920.jpg

pandémie. En même temps, il est plus que nécessaire et utile à votre santé que vous continuiez vos traitements et vos suivis médicaux liés à vos pathologies déjà lourdes. Nous savons que la situation est d’autant plus inquiétante pour vous mais les conséquences sur votre santé et votre qualité de vie seraient plus que désastreuses.

Votre spécialiste et/ou votre généraliste saurons vous conseiller au mieux, dans votre situation personnelle et médicale, en ces temps si singuliers. Alors restez en contact avec eux et continuez de vous prendre en mains, vous vous le devez. Vous le méritez !

Raphaëlle Coquibus

DE PLUS BELLE

Vous connaissez certainement Florence Foresti ! Vous savez, le sketch de l’avion de Barbie ou encore la présentatrice de 2 cérémonies des Césars (dont 2020… sans chercher à relancer le débat !). L’humouriste préférée des français a aussi sévit sur le grand écran dans divers films.

L’un d’eux, datant de 2017 : De plus belle, film d’Anne Gaëlle Daval, a eu un succès relatif. Et pourtant ! Elle y partage l’affiche avec Mathieu Kassovitch et Nicole Garcia. Florence Foresti y campe le rôle d’une femme qui sort d’un cancer du sein. On la voit revivre et tenter de se dépêtrer avec son image de femme pas vraiment différente et pourtant si profondément modifiée. Comment se reconstruire après une telle épreuve ? Comment (re)prendre sa féminité en mains ? Comment vivre le rapport sensuel à l’autre également ? Et ça, ça doit parler à toutes les femmes. Pas seulement à celles qui ont vécu ce drame.

La question de s’approprier son corps et de vivre sa féminité n’est pas quelque chose d’inné. Nous naissons dans le genre homme ou femme mais n’apprenons pas à en devenir un.e représentant.e. Nous devons apprendre à nous voir telles que nous sommes, à nous approprier notre corps et à l’aimer. Tel qu’il est : ni plus ni moins. Avec ses qualités et ses défauts (comme notre tempérament). Ce film nous apprend, ou selon nous rappelle, quelque chose : « Sois douce avec toi ». Quelle révélation !

Notre association sait à quel point cette étape de l’après est aussi capitale. A quel point le confort n’est finalement pas un luxe mais un besoin, profond et nécessaire. Investit dans ce long et parfois douloureux aussi combat : celui qui nous ramène à soi. La version 2.0 de nous-même !

Et si vous profitiez de ces temps si particuliers pour re(découvrir) De plus belle ?

Raphaëlle Coquibus

LES BRACELETS ROUGES

Les bracelets rouges, série de TF1, en est à sa 3è saison. Connaissez-vous ?

Rares sont les séries médicales françaises qui font un tel carton !

Les Bracelets rouges, l'épisode 4 de la 3ème saison sur TF1 ce lundi 23 mars

Cette série raconte comment les enfants voire adolescents vivent leurs hospitalisations. En cause : des pathologies ou accidents de la vie. Certains ont des cancers, d’autres eu un accident de la route ou encore sont dans le coma. Une véritable solidarité puis amitié se crée entre eux. Comment vivent-ils leur hospitalisation ? comment vivent-ils leur maladie (et ses conséquences) ? comment vivent-ils leur vie d’ado ou d’enfant dans de telles conditions ?

Les familles ne sont pas en reste. On peut aussi partager les ressentis des parents et proches de ceux-ci qui se sentent démunis et impuissants devant la souffrance et les difficultés diverses de leurs enfants. Si les enfants étaient jusqu’alors inconnus du grand public, des guests ont pris le rôle de leurs parents.

Il y a fort à parier que les jeunes concernés y trouvent un certain réconfort. Ils peuvent en profiter pour comparer avec leur propre réalité. Romancé bien sûr, cette série fait un carton et on sait pourquoi : tous les acteurs sont plus que crédibles.

STARS A NU

Début 2020, la première chaine a remis un concept qui a fait ses preuves au-delà de nos frontières.

Stars à nu » : TF1 met des personnalités à poil, mais c'est pour la bonne  cause

Cette émission préparait des stars (8 hommes puis 8 femmes) à se préparer à faire un striptease intégral en public pour sensibiliser le plus grand nombre au dépistage des cancers masculins et féminins.

Pour dédramatiser cet acte et favoriser encore davantage le rapport de chacun.e à son corps, même meurtri, il est nécessaire que chacun dépasse sa peur du médecin et d’un éventuel diagnostic effrayant. L’objectif du programme est de vous permettre à vous aussi de vous mettre à nu, non pas devant tout le monde mais devant votre médecin. Le programme prévoit aussi de comprendre comment se font les dépistages des cancers en question : prostate et sein.

Il est toujours compliqué de se mettre à nu, dans tous les sens du terme, surtout si on en craint un jugement, médical ou esthétique. Mais cette épreuve est incontournable et nécessaire pour se faire prendre en charge si besoin, ou se rassurer si non.

On sait que le dépistage des cancers est capital. D’ailleurs, notre système de santé nous permet, et le prend intégralement en charge pour vérifier notre état de santé et une éventuelle prise en charge rapide, s’il est malheureusement concluant.

Pour les personnes les plus pudiques d’entre nous, une visite médicale ou un traitement hospitalier peut nous contraindre à nous dépasser aussi sur ce point. C’est un passage obligé pour reprendre le contrôle sur son corps et lutter contre la maladie.

Alors on se met à nu, c’est pour notre bien !

Raphaëlle Coquibus

À propos de moi

Aurélie ROTARDIER, Présidente-Fondatrice, victime dans son enfance de maltraitance infantile ayant entraîné 12 années d’hospitalisation et ayant eu comme héritage génétique un diabète de type 1 dès la naissance. Très concernée par la lutte contre la maladie et le handicap, elle a observé que l’aspect humain et social font encore trop souvent défaut envers les personnes qui souffrent de pathologies lourdes.

Abonnez-vous à mon blog

Recevez directement le nouveau contenu dans votre boîte de réception.